Une dorsale discrète pour protéger vos vertèbres !

Une dorsale discrète pour protéger vos vertèbres !

Partager cet article

Une question qui revient souvent sur les réseaux sociaux et qui me fait bondir à chaque fois, c’est celle de la dorsale qui équipe les blousons moto d’origine… Le pain de mousse, entre ceux qui se demandent s’il vaut mieux un blouson avec ou sans, ceux qui se demandent si ça vaut le coup de la remplacer par une dorsale indépendante, je n’arrive pas à comprendre à quel moment ça peut être considéré comme une protection. Même si d’après la réglementation seul le casque et les gants sont utiles à notre sécurité, les motards sont quand même censés avoir passé leur permis et donc avoir bénéficié des conseils d’un moniteur ? Voire même d’avoir acheté leur veste en magasin et donc d’avoir eu les conseils d’un vendeur ? Répétons-le une fois pour toutes, le pain de mousse qui est dans votre veste moto ne protège rien, par contre, une protection dorsale peut sauver vos vertèbres…

Une vraie protection dorsale est indispensable

Bref, ceux qui roulent sur circuit, en loisir ou en compétition le savent, une vraie protection dorsale est indispensable. J’entends par là, une dorsale longue, (qui descend donc jusqu’aux vertèbres lombaires), et qui respecte la norme EN 1621-2. Le seul inconvénient qu’elle peut avoir est l’encombrement, pour ceux qui vont travailler à moto, ça peut parfois être gênant à caser. Dans ces cas-là une petite dorsale qui rentre dans la poche prévue dans le dos du blouson peut être une solution. J’ai longtemps roulé avec ça et pensé que c’était une bonne option. Mais ça, c’était avant que Spidi ne m’envoie la “Back Warrior Evo” !

Une dorsale discrète pour protéger vos vertèbres !
La structure en contact avec le dos est étudiée pour assurer une bonne circulation de l’air.

Une grande souplesse !

Cette protection offre toute une série de qualités, elle est légère (520 g), mince (seulement 30mm !), bien ventilée, et permet à l’air de passer entre elle et votre dos, la bande ventrale est également réglable, ce qui permet de l’adapter à la perfection quelle que soit votre taille, de 1.65m à 1.90m ! Et le gros point fort de cette dorsale est sa souplesse qui lui permet d’une part de parfaitement suivre la courbure du dos, pour un meilleur confort et une sécurité accrue, mais qui lui apporte aussi une capacité à se plier. Vous pouvez en effet la “rouler” afin qu’elle ne forme plus qu’un cylindre d’une vingtaine de centimètres de diamètre. Elle peut ainsi trouver sa place dans un top-case, un petit placard… Vous n’avez plus d’excuse pour ne pas la prendre où que vous alliez en moto !

Ne pas confondre la norme avec le niveau de protection

Je n’ai pas testé la résistance personnellement, mais la Spidi Back Warrior Evo respecte la norme EN 1621-2 au second niveau. A savoir qu’après un impact de 50 joules, le niveau 1 autorise 18 kN de force résiduelle après absorption de l’impact alors que le niveau 2 n’autorise que 9 kN de force résiduelle, soit la moitié ! Une bien meilleur protection ! Attention à ne pas confondre le «2» de la norme «1621-2» avec le niveau de protection, si rien n’est indiqué vous êtes certainement face à une protection de niveau 1.

Une dorsale discrète pour protéger vos vertèbres !
Sa grande souplesse lui permet de se faire discrète quand on n’en a plus besoin !

Testée et approuvée !

Pour conclure, je l’ai testée lors de la Saint-Germain Classis et ai donc passé la journée avec (hormis une heure de pause le midi), malgré la chaleur, c’est bien la seule chose que j’aurai gardée sur le dos avec la sous-combinaison qui fait aussi son boulot. Seul petit bémol, inhérent à toute dorsale additionnelle, c’est la doublure de la combinaison qui a tendance à prendre dedans et peut parfois nécessiter une aide extérieure… Un détail par rapport à la sécurité et au confort apportés.