THE AMERICAN DREAM… Par Pierre Louis Le Bonniec

THE AMERICAN DREAM… Par Pierre Louis Le Bonniec

Partager cet article

Tout a commencé le 23 décembre, autour d’un établi. Je pose alors la question ultime : « Qui veut venir aux « U.S. ? »

La réponse est nette, Benoît de passage et Guillaume, encore au travail, répondent favorablement au projet… Il reste encore à convaincre ma femme Hélène. N’ayant pas prévu de cadeau pour le lendemain, ça tombait à pic ! 

Parti d’une simple idée, le projet est validé par l’équipe : On est quatre, il faut partir rapidement avant de changer d’avis ! 

Les congés de Noël se passent. Début janvier, au boulot ! Pas de temps à perdre. On doit faire nos passeports. On prend des infos sur les séjours organisés aux États-Unis, des échos, des retours d’expériences par des connaissances… Après ces échanges, nous décidons de prendre contact avec toutes les sociétés de voyage organisés pour nous faire notre propre avis. Appel téléphonique, mail : tout y passe. Nous nous y sommes pris peut-être un peu tard, beaucoup d’établissements sont déjà complets. 

THE AMERICAN DREAM… Par Pierre Louis Le Bonniec
Rouler aux « U.S. », un rêve très accessible.

On finit donc par nouer des liens avec Julien, le boss de chez «usa sport lifestyle» en FLORIDE, Cote EST. Il nous invite à la maison pour un séjour organisé de 10 jours. On prévoit également une fin de voyage aventure solo sur la Cote Ouest pour les 5 jours suivants (développée si après). 

Fin janvier, le voyage est ficelé, réservé, payé… Y’a plus qu’à, comme on dit… Patienter. 

Guillaume et moi passons les 2 mois suivants à nous entraîner en motocross. Pas question d’arriver en terre américaine sans être hyper à l’aise sur une moto. On travaille également notre endurance pour tenir longtemps sur les motos de location… (malins les gars…) 

Jour J : Départ pour Paris le samedi soir à minuit. On arrive à l’aéroport au petit matin avec notre premier avion direction Manchester. Première escale. Ensuite décollage pour Orlando (FL) avec 9 heures de vol. Nous arrivons donc à bon port le Dimanche soir 18h (heure locale) mais 24h après notre départ de la maison ! 

Julien vient nous chercher à l’aéroport. C’est alors là que tout commence. L’émotion est montée d’un cran lorsqu’il a fallu lever la jambe d’un mètre pour monter dans le pick-up. C’est parti, les «US» comme on dit souvent… On ne nous avait pas menti : Les grosses bagnoles, les autoroutes à 12 voies, les palmiers, les bikers sans casque, les immenses panneaux publicitaires sur le bord de la route… Tout était comme dans les films. On arrive ensuite à la résidence. On découvre les chambres personnelles, la piscine, le jacuzzi, la salle de bain privée… Tout pour être chez soi. 

Inutile de vous dire l’émotion que l’on a eu lorsque le portail électrique du garage a laissé entrevoir les 4 KXF et 2 KX qui nous attendaient. C’était la raison du voyage : Le motocross. On était aux états unis, avec un big pick-up, dans une villa, avec des KXF… C’est juste le pied. 

Day 1 : Au programme : Repos et prise de climat. Nous visitons les Everglades (aéroglisseur au milieu des crocos), à midi burger au bord de la plage, shopping dans un des plus grands surfshop du monde. Programme cool. L’envie de faire de la moto est à son maximum. 

Day 2 : MOTODAY : Le grand jour, Julien charge le pick-up, deux KX250f dans la benne, direction PAX TRACK à une heure de route. Un petit terrain bien (pour les américains), extraordinaire quand tu viens des Côtes d’Armor. L’entrée est de 40$. Partout ce sont des sociétés qui gèrent les pistes. Il n’y a pas besoin de licence. Tout le monde peut rouler, il faut simplement signer une décharge (en cas de problème : c’est de ma faute et pas celle du terrain) 

Coté piste, tout est bien : terre noire, sablonneuse, des tables comme on a jamais vu de notre vie, des pilotes amateurs qui roulent comme les champions de chez nous avec des motos de 10 ans… Un peu coincé au début, on règle un peu les motos comme on les aime et c’est parti pour la fiesta… On a adoré… Hélène et Benoît, piétons, ont aussi apprécié, d’abord notre banane sur le visage mais aussi le cadre paradisiaque qu’on retrouve sur les terrains.

DAY 3 : MOTODAY Bis. On ne nous arrête plus. Cette fois-ci direction WILDWOOD à 1h30 de route (et oui tout est éloigné au US). Un terrain de terre avec une surprise de taille : Le team Husqvarna Rockstar officiel était venu faire des chronos. Une nouvelle fois, des étoiles dans les yeux en voyant ces pilotes PRO comme Martin DAVALOS. On a pu rouler à leurs cotés, sentir leur essence de compétition, entendre les 250f usines sur-craquer. Sur ce terrain, idem, des grosses vagues, des doubles, des virages relevés, un immense camel. Le camion d’arrosage faisait son job toutes les heures. Plaisir Maximum. 

DAY 4&5 : Repos avant le Week-end. Au programme : Canoë, baignade, visite du plus grand parc aquatique du monde, SEAWOLRD, apéro etc… 

DAY 6 : MOTODAY. Direction Centrale Florida MX, un nouveau terrain au milieu d’une structure de monstertruck. Petit terrain, très sablonneux, technique et rapide. On s’amuse comme des fous. On prend de l’expérience sur la moto avec le lendemain un gros terrain. 

DAY7 : Sunday/MOTODAY. Nous partons alors à Florida Track and Trail. C’est à trois heures de route. C’est l’un des plus grand complexe MX de Floride voir des États-Unis : 4 terrains (un PRO, un Amateur, un Débutant et un Enfant). 40$ l’entrée, 10$ pour les visiteurs. C’est sur le terrain amateur que nous roulons avec déjà de très gros sauts, dans une terre très sable et parfaitement nivelée. Le terrain dispose également d’une plage, d’un circuit de randonnée enduro, un circuit de quad et buggy etc… Le terrain des pros est malheureusement fermé. Nous avons essayé d’imaginer les pros rouler et sauter les triples impressionnants de plus de 40 ou 50 mètres… 

THE AMERICAN DREAM… Par Pierre Louis Le Bonniec

DAY 8 : Visite & shopping dans un mall (centre commercial et regroupement de grandes marques à prix cassés) 

DAY 9 : Un p’tit coup de moto avant de partir sur la Cote Ouest. On retourne au premier circuit PAX TRAKS (seul ouvert le mardi). Toujours autant de plaisir même sans découvrir les pistes, les conditions sont tellement parfaites… 

DAY 10 : C’est la fin du séjour chez Julien, On décide de finir l’aventure et partir à la découverte de la Californie par nos propres moyens. On prend l’avion à Orlando direction Los Angeles. 5 heures de vol pour seulement 70€. Nous voilà de l’autre coté du pays où une voiture de location nous attend (160€ / 4 jours). Le logement est un AirBnB chez l’habitant. C’est un peu moins le luxe, y’a plus la piscine mais pour des aventuriers c’est suffisant. 

DAY 11 : MOTODAY : on avait prévu notre coup, avant de partir nous avions contacté la société MXCALIFORNIA pour louer une moto. Nous avions réservé un 250 YZF (250€ / Pilote, essence + tenue + pass circuit compris). Pas de passage aux États-Unis sans un roulage sur le mythique circuit de Glen Helen. 

Arrivé à 10h au terrain. Les motos nous attendent sur trépied, au milieu des teams usines qui préparaient leur saison Outdoor. Grant, Bagget, Anderson et tant d’autres pilotes… On se croirait au training comme si on était inscrit à une manche Outdoor US. Le rêve grandissait de plus en plus. 

Nous avons ensuite quitté le terrain en direction de la plage (qui est à 2h de route, tout est loin aux états unis), nous sommes passés par pur hasard devant l’usine Procircuit. Évidemment nous nous sommes arrêtés. Avec un peu de chance et de culot, nous avons même eu le droit de visiter les ateliers de développement du Team. 

DAY 12 : Le matin nous sommes partis au plus grand magasin de moto du monde : CHAPARAL. Ils ont tout en stock, toutes les motos, tous les équipements possibles et inimaginables… Vraiment impressionnant pour les yeux quand on est du métier.

Puis l’après midi on a opté pour : Visite des villes qu’on trouve cools sur la carte (BEVERLY HILLS, HOLLYWOOD, SANTA MONICA.)

DAY 13, The last / The Best : Le dernier jour nous sommes partis direction LAS VEGAS. Et oui, notre séjour s’achève avec la finale du supercross américain dans le Nevada. 

4 heures de voiture. Nous arrivons à 12h dans le stadium pour ne pas louper une miette des roulages. Essais libres, les qualif’s, visites des paddocks et bien sûr les deux finales (les plus belles du championnat) : on a tout vu. 

Sur cette note pétillante s’est achevé notre périple. Une petite visite de Vegas de nuit, comme dans les films, les casinos, la lumière, les mariés, etc… Nuit calme avant de reprendre l’avion le lendemain.

Le retour LAS VEGAS – PARIS : Après un bon gros « petit »déjeuner à l’américaine, nous rendons la voiture de location et c’est parti : direction la France avec 11h de vol au total. La fin de l’histoire raconte que nous reprenions tous le boulot dès le lendemain matin. 

Bilan : J’ai eu plaisir à vous raconter ces vacances, non pas pour vous faire saliver, mais pour partager ce rêve que nous avons vécu. Un rêve que beaucoup de personnes ont. Étonnamment c’est très accessible. Maintenant avec les agences de voyage «tout-compris» c’est très simple et facile. Il y a simplement qu’a débourser. C’est un budget c’est sûr mais c’est impossible de passer à coté… Il faut le vivre ! Évadez vous…