Les batteries Solise : légères, durables et sans entretien

Les batteries Solise : légères, durables et sans entretien

Partager cet article

Le 550GS avance doucement vers sa nouvelle vie de café-racer, s’est posé la question de la batterie. Où la mettre ? Dans la coque arrière semblait être une bonne solution au détail près qu’il y a déjà pas mal de chose à y loger : boitier d’allumage, régulateur, boite à fusible… Et qu’une batterie standard c’est gros et lourd, je n’avais aucune envie de suspendre une masse de 4kg comme ça. 

J’ai donc fait ma petite recherche sur Internet et entre les batteries posées sur la bras oscillant, voire dessous, je suis tombé sur les batteries lithium, plus précisément  «lithium fer nano-phosphate» (LiFePO4), qui correspondent parfaitement à ma recherche : compactes, légères et surtout elles fonctionnent dans toutes les positions !

Les batteries Solise : légères, durables et sans entretien
Le connecteur Anderson 50A, sécurisé et facile à connecter !

Ni une ni deux, je tente le coup. Bon par contre je suis un marrant, la moto n’est qu’à moitié remontée et le faisceau électrique ressemble aux guirlandes d’un sapin de Noël après un réveillon trop arrosé… Heureusement j’ai un plan de secours, la Ducati qui n’a pas tourné depuis dix mois et dont la batterie est bien entendu déchargée… même le chargeur / désulfateur soit disant magique n’a fait qu’illusion le temps d’un ou deux démarrages. Bref j’enlève la batterie d’origine, vu le poids je la pèse : 3,8 kg ! Je pèse la batterie Lithium fraîchement arrivée : 740 grammes !! Trois kilos de gagnés ! Bon ok, pour aller chercher le pain ça va pas être d’une grande utilité mais je suis sûr que beaucoup d’entre vous sauront exploiter ce poids plume.

Le branchement ? Simplicime, un connecteur (Anderson 50A) avec deux câbles est fourni, les câble se fixent sur les + et – d’origine de la moto et le connecteur à celui de la batterie, montage et démontage ultra rapides ! Je tourne la clé et ça démarre aussi bien, sinon mieux qu’avec une batterie plomb… Enfin je dis que ça démarre… Le temps que l’italienne se décide a tenir un semblant de ralenti, il aura fallut deux ou trois tentatives et la batterie n’a pas bronché ! C’était pourtant une de mes craintes de savoir si on pouvait tirer dessus : on peut. 

Autre question classique, est ce que ça tient la charge quand on ne s’en sert pas ? Oui, mieux qu’une batterie classique même. Le fabricant annonce plus de deux ans de tenue en charge à condition d’être débranchée bien entendu, et la durée de vie serait cinq fois plus longue que celle d’une batterie classique ! La recharge qaunt à elle est super rapide : 60 seconde après démarrage ! Inconvénient ou avantage, le logement d’origine est bien trop grand pour elle, du coup je vais pouvoir loger un gilet fluo sous ma selle ! Deux précisions importantes : il faut bien distinguer les batteries LiFePO4 «lithium fer nano-phosphate» parfaitement stables et les batteries lithium-ion ou lithium-po, autant par les risques éventuels que présentent ces dernières que par leur durée de vie (2000 cycle pour une LiFePO4, contre 3-500 pour les autres ! La seconde est la relative fragilité de ces batteries vérifiez votre régulateur avant installation, le mien délivre un peu plus des 14.4V supportés par ces batteries, ça passe avec une batterie plomb celles-ci aiment beaucoup moins…

Sur le site www.masolise.com vous découvrirez les nombreux modèles de la gamme et un guide pour vous aider à faire le bon choix. Et jusqu’au 31 décembre 2016, vous pouvez même bénéficer de 5% de remise avec le code «MANIA2016» réservé aux lecteurs du magazine.

Les batteries Solise : légères, durables et sans entretien
En plus d’être ultra-légère elle est six fois plus petite qu’une batterie classique et utilisable dans toutes les positions, idéal pour une prépa type café-racer

Photos : Olivier Pirot