MotoManiaque : 100% moto 100% Breton ! : MotoManiaque à Bains-sur-Oust !

MotoManiaque à Bains-sur-Oust !

Comme chaque année, le premier mai, les Vieux Pistons Redonnais organisaient le Festival de Motos Anciennes sur la commune de Bains-sur-Oust. Même si la légende dit qu’il y pleut toujours, il faut avouer que les dernières éditions se sont déroulées sous une météo plutôt clémente et même un super soleil pour cette année ! Un gage de réussite pour cette démonstration qui fait toujours le plein de participants et qui attire toujours plus de spectateurs dans une ambiance conviviale et joviale, digne des courses d’époque.

Bains-sur-Oust vu de l’intérieur

Après trois éditions couvertes en tant que photographe, il était temps de vivre ce Festival de l’intérieur, et de rouler enfin à Bains-sur-Oust. Pour ça, l’idéal aurait été d’avoir une vraie ancienne, et me noyer parfaitement dans la masse… Au lieu de ça, j’ai pris mon Italienne, qui même si elle fait figure de vieux tromblon au quotidien, s’est retrouvée comme une jeune fille au milieu de ces vieilles dames. On trouvera une vraie ancienne pour les prochaines éditions… En attendant, revenons à la démonstration, j‘avais anticipé pour une fois, et fait mon inscription en ligne… Deux jours plus tôt. Cinquante kilomètres me séparent de Bains-sur-Oust, plus que la distance parcourue par cette moto depuis le début de l’année. Malgré le peu de roulage depuis les derniers démontages, je prends quand même la décision d’y aller par la route. Ça sera également l’occasion de détendre un peu ma combinaison, tester la graisse de chaîne Ipone (à découvrir dans ce numéro) et valider la configuration de la moto avec ses nouveaux bracelets, les commandes reculées…

Une démonstration, autour de l’église !

Arrivé dans la fraîcheur de Bains-sur-Oust vers 9h15, le temps de valider mon inscription, de coller l’étiquette sur mon phare et me voilà fin prêt à attendre que la balade soit partie pour les premiers «tours d’église». Car oui, Bains-sur-Oust c’est aussi une balade moto, ouverte à tous ! Et oui, la démonstration a lieu autour de l’église… Vers 10h, après les side-cars, c‘est à mon tour d’entrer en piste, pré-grille au milieu du public sur la place de l’église. Nous nous plaçons ensuite en grille, devant l’église et le départ est donné, roue dans roue, deux virages à droite pour arriver derrière l’église, à gauche pour rejoindre une ligne droite parsemée de chicanes pour casser la vitesse (rappel : c’est une démonstration, hors de question de prendre le moindre risque ni de jouer des coudes pour se doubler), deux virages à droite pour remonter vers le bourg et rejoindre l’église où la foule semble de plus en plus dense à nous attendre ! Cinq tours et on retourne discuter avec les copains sur la place de l’église. Cinq tours de 2km, c’est peu, mais avec un châssis aussi rigide que le mien et une moto aussi dure à emmener, ça tire sur les avant-bras, d’autant plus que le bitume est fait de raccords, de trous, de pavés… La journée se résumera à trois sessions, l’idéal est peut-être d’y aller avec deux motos. D’autant plus que les catégories sont nombreuses et adaptées au cours de la journée en fonction des machines présentes. Nous avons ainsi eu les catégories «avant-guerre», 49.9, 125 et 250, 350, sportives, routières et bien entendu les side-cars. Le temps disponible le midi et en fin de journée est mis à profit pour faire des baptêmes de side-car, sur un tracé réduit à quelques centaines de mètres, afin d’être facilement accessible à chacun.

L’occasion de faire de belles rencontres

Cette démonstration est aussi l’occasion de faire des belles rencontres, avec le public bien entendu, mais aussi avec les autres pilotes, je pense notamment à Jonathan et Corentin de véritables passionnés de la marque Portal, dont on reparlera certainement dans un prochain numéro. Ils sont venus avec trois motos, deux d’origine, dont une en version route, la troisième est carénée pour un look totalement différent.

Deux nouveaux side-cars ?

Parmi les présents, toujours les Chiens Jaunes avec en prime Naomi et Ewen véritables Chiots Jaunes avec leur petit sidecar, les Diables Rouges avec un nouveau side-car fait maison : une Terrot 125 attelée qui malheureusement ne roulera pas, la construction ayant été terminée seulement quelques jours avant le Festival. On a retrouvé avec plaisir Lénaick et sa 350 RDLC de nouveau opérationnelle (voir les Trophées Jumeaux dans le précédent numéro), Sonia avec son 350 YR5 qui nous a permis de faire un tour du tracé à pied… Retrouver la fameuse clé perdue, des jeunes en mob’ oui, de vrais jeunes d’aujourd’hui qui roulent avec de vraies mob’, celles des jeunes d’avant et ça, ça fait plaisir à voir !



Un véritable plaisir !

Le bilan est sans appel, le Festival de Motos Anciennes de Bains-sur-Oust est génial, il faut y aller pour l’ambiance, pour profiter de quelques kilomètres de roulage, sans chercher la rigueur d’une organisation moderne où tout doit être calé à la seconde près, sans espérer rouler sur un billard, ou vous battre à coups de chrono. Non, au risque de me répéter, Bains-sur-Oust est une démonstration pour le public, une journée de rencontre pour les pilotes et leurs accompagnateurs, un véritable succès pour les organisateurs, et pour moi un véritable plaisir d’avoir enfin fait mes premiers tours de roues sur un événement en Bretagne, et surtout rodé ma combinaison… En attendant la première course de côte…

Les démonstrations à venir…

Le rendez-vous est déjà pris à Bains-sur-Oust, le premier mai 2019 ! D’ici là nous avons de quoi nous occuper avec Trélivan les 15 et 16 juin, Plouay le premier juillet et Saint-Germain-sur-Ille les 8 et 9 septembre ! Les anciennes n’ont pas fini de faire parler d’elles !

A redécouvrir dans le magazine MotoManiaque n°17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud