MotoManiaque : 100% moto 100% Breton ! : Révision moto : faut-il la faire soit même ?

Révision moto : faut-il la faire soit même ?

Plusieurs fois déjà, vous m’avez demandé de publier dans le magazine des articles expliquant comment entretenir votre moto, comment vérifier la tension de chaîne… N’ayant aucune formation dans le domaine et encore moins de prétention à savoir bien le faire je vais plutôt vous expliquer pourquoi ne pas faire vous-même la révision de votre moto.

Démonter et remonter “comme c’était”

La meilleure raison est que vous ne savez pas le faire, à moins d’être du métier ou d’avoir quelqu’un pour vous épauler, quelqu’un de compétent bien sûr, pas juste le copain qui a fait un stage d’observation dans une concession il y a dix ans, ni celui qui a vu faire une fois son mécano le faire… Parce que au-delà de démonter et remonter “comme c’était”, il faut d’une part le faire proprement, contrôler que tout est normal, agir en conséquence et tout remonter en serrant comme il se doit…

Un mécano qui connaît votre moto

Une seconde raison, qui compensera facilement le coût d’une révision en garage, c’est que le jour où vous vendrez votre moto, l’acheteur aura la garantie qu’elle a été correctement entretenue et aura moins à coeur de négocier jusqu’au dernier centime possible… Accessoirement vous êtes aussi tranquille sur le fait que ça a été bien fait et qu’en cas de soucis vous avez un mécano qui connaît votre moto, et à qui vous pouvez demander conseil sans faire des ronds de jambes parce que vous avez voulu économiser une dizaine d’euros en pensant travailler mieux que lui.
Se poser les bonnes questions Pour certains une révision se limite au
remplacement du filtre à air et de l’huile, éventuellement les bougies si la moto donne des signes de faiblesse ou que les “experts” en mécanique sur Facebook leur ont dit que c’était la source de leur problème…

Autant changer un filtre à air c’est simple, pas forcément accessible mais techniquement réalisable par toute personne sachant se servir de ses dix doigts. Faire une vidange aussi est imaginable après s’être posé les bonnes questions : est-ce qu’il faut changer le filtre à huile à chaque fois ? Est-ce que l’huile préconisée par le constructeur est toujours le meilleur choix sur une moto qui a 80 000 km ? Et si je trouve de la limaille sur le bouchon, je fais quoi ? Au chapitre des surprises on peut ajouter le bouchon de vidange trop serré qui refuse de venir ou qui vient avec le filetage, d’ailleurs comment être sûr qu’il soit bien serré et pas trop ? On peut aussi ajouter le problème du joint qu’on a oublié de prévoir, ça s’est drôle surtout quand il s’agit de notre seul véhicule et qu’on avait prévu de s’en servir dans la foulée…

Un quart de tour avant que ça pète ?

Pour les bougies c’est un peu le même topo, on peut très bien enlever les anciennes et mettre des neuves à la place. Mais que devient la crasse qui a pu s’accumuler dans le puits de bougie ? Vous la faites tomber dans le cylindre, juste dans le filetage ou vous nettoyez avant ? Se pose aussi la question de l’état des bougies, est-il normal ou est-ce qu’il laisse supposer un problème moteur ? Et comme tout ce qui se visse… Pas plus qu’à fond ? Un quart de tour avant que ça pète ? Surtout qu’une culasse c’est pas donné, ça serait dommage d’en arracher le filetage…

Une dégradation lente, imperceptible

Au-delà de ces éléments de base on peut citer le liquide de refroidissement qui est parfois à remplacer, et pas seulement quand refaire le niveau, le liquide de frein aussi qui doit toujours être parfait, d’autant plus qu’en utilisant sa moto régulièrement il est impossible de se rendre compte de sa perte d’efficacité tant elle est progressive. L’huile de fourche, qui se dégrade aussi lentement et explique que deux motos identiques, du même âge peuvent avoir des comportements si différents. Et là aussi se pose la question du choix de l’huile suivant l’usage que vous faites de votre moto… Balade sur voie express ou conduite sportive, vous mettez la même huile ?

La “grosse révision”

Plus rarement fait soi-même, souvent à faire une révision sur deux (la fameuse “grosse révision”), le contrôle du jeu aux soupapes – c’est ce qui permet d’être sûr que les soupapes s’ouvrent et se ferment complètement et au bon moment et donc que le moteur fonctionnera correctement – là encore la dégradation sera lente et imperceptible jusqu’au jour où vous
sentirez que le moteur ne tourne plus rond, le rendant pénible à utiliser alors qu’en fait ça fait peut être cinq ou dix mille kilomètres que ce réglage ne lui permet plus de fonctionner de manière optimale… Forcément ce n’est pas bon pour la mécanique. Par contre, normalement, on n’essaie pas de le faire soi-même quand on en n’a pas les compétences mais si
l’ancien propriétaire faisait ses révisions lui-même quel moyen avez vous de savoir si ça a déjà été contrôlé ? Exemple concret quand j’ai fait les photos chez Pist’On Bike, une moto de 48 000 km, des jeux aux soupapes à l’ouest dont un à 0, je ne pense pas me tromper en avançant qu’à chaud la soupape ne devait pas fermer beaucoup… Une chose est sûre c’est que la révision des 24 000 km n’a pas été faite comme il se doit et que le comportement de la moto devait grandement être amélioré en sortant du garage.

Finalement plus économique

Pour terminer, une autre bonne raison de confier sa moto à un professionnel compétent pour ses révisions c’est qu’il saura aussi vous prévenir de ce qui sera ou serait bon de faire (usure des pneus, des freins, de l’embrayage…), il pourra aussi ajuster la tension de votre chaîne, lubrifier un câble que vous n’aviez pas vu se gripper petit à petit, resserrer la vis qui tient tout, etc. Et tant d’autres choses auxquelles vous ne pensiez pas et qui font que finalement payer la main d’oeuvre est souvent plus économique en temps et en argent, notamment sur le long terme…

Ceci est un extrait de l’article publié dans le numéro 12 du magazine moto breton MotoManiaque.

Découvrir le magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud