Peindre un moteur avec la peinture Restom KPM

Pour le numéro 21 de MotoManiaque qui est sorti en janvier 2019, j’avais testé la peinture Epoxy Restom sur le cadre de la MBK 51. Le résultat étant au rendez-vous, j’ai remis ça pour la Honda CB 500 actuellement en préparation et qui a finalement droit à une restauration complète. En plus de repeindre le cadre avec l’Epoxy Restom, j’ai profité du démontage pour repeindre le moteur avec la peinture Restom KPM 6000 spécifiquement destinée aux moteurs et résistante à la température qu’ils dégagent.

Des kits complets pour refroidissement à air ou liquide

Comme toujours avec Restom, le kit peinture fournit est complet et accompagné d’une notice précise et détaillée. Deux kits sont proposés, la version THT développée pour les moteurs à refroidissement à air et qui résiste à des températures jusqu’à 550°C, et la version Base pour les moteurs à refroidissement liquide qui résiste à 180°C. Chacune de ces peintures est disponibles en gris alu ou noir, j’ai opté pour le premier, identique à l’origine. Celles-ci sont livrées avec leur durcisseur et le diluant nécessaire pour une application au pistolet.

Une bonne préparation est indispensable

Étape indispensable à un bon résultat, la préparation du support. Restom préconise un microbillage complet des surfaces à peindre afin d’obtenir un état de surface parfait. N’étant pas équipé et n’ayant pas la possibilité de le faire faire, j’ai passé le moteur à la brosse métallique (sur perceuse et Dremel®). J’avoue que ça m’a pris un peu de temps, mais le résultat final était amplement suffisant. Après un bon nettoyage, soufflage, dégraissage, l’heure était venue de passer à l’étape de la peinture.

Un superbe aspect métallisé

Comme pour le cadre, et vu la faible surface à peindre, j’ai fait la peinture au pistolet aérographe avec une grosse buse (il faut quand même prévoir un compresseur d’atelier afin d’avoir un débit d’air constant). Une fois le mélange fait suivant les proportions fournies sur la notice, il est temps de commencer l’application. Et le résultat ne tarde pas à se voir, la peinture à un bon effet couvrant et donne un superbe aspect métallisé au moteur ! Les heures passées à la préparation de la surface à peindre sont récompensées !




Résistance maximale après chauffe du moteur

La peinture terminée, il convient de le laisser sécher 48 heures avant de mettre le moteur en route et de le faire chauffer pour que la peinture atteigne sa résistance maximale. Pour ma part, la moto étant entièrement démontée, le démarrage attendra. J’ai tout de même passé un coup de décapeur thermique à bonne distance pour me donner bonne conscience avant de le déplacer et l’emmener jusqu’au cadre afin de commencer le remontage de la moto. Quelques chocs entre le cadre et celui-ci ont eu lieu et n’ont laissé que de légère traces de frottements. J’ai profité de peindre les fourreaux de fourche avec cette même peinture, pour faire quelques retouches sur le moteur, celles-ci sont invisibles !

Une grande résistance chimique et mécanique

Il me reste maintenant quelques heures de travail pour remonter cette moto, mais le résultat est déjà plus qu’encourageant et promet de durer ! Je sais déjà que la peinture du cadre est résistante, et celle du moteur devrait l’être tout autant. Restom assure en effet qu’elles résistent à l’huile, à l’essence, qu’elles ne jaunissent pas et qu’elles résistent aux frottements, nul doute que l’on peut leur faire confiance !

Vous retrouverez cet article dans le magazine MotoManiaque n°27 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud