Un Scrambler sur base de Honda 125 City Fly

Nouvelle préparation sur base de 125cc chez Performances Moto avec cette Honda 125 City Fly. Si cette moto est déjà peu habillée d’origine, son réservoir quasiment aussi haut que long se prête peu au style Scrambler que Cédric recherchait. Il a donc commencé par le remplacer : «Celui-ci provient d’une 125 CG Honda, cela nous permettra de pouvoir nous projeter pour travailler sur la boucle arrière qui sera la deuxième étape afin d’harmoniser les volumes de cette moto.».

L’arrière est allégé au maximum.

Ceci fait, la moto change radicalement de look surtout une fois vêtue de sa belle selle et du discret feu qui se cache dans la boucle arrière et permet d’alléger au maximum cette partie. Le silencieux d’échappement prend également place sous la selle, chose originale sur un Scrambler et parfaitement réussie !

L’avant joue la différence

La partie avant tranche complètement avec ce style, surtout avec sa plaque frontale «taillée à la serpe» dans de l’aluminium sablé, tout comme les plaques latérales. Je n’en suis personnellement pas très fan, mais il faut avouer que les deux phares à leds superposés lui donnent un look sympa ! Le compteur d’origine a bien entendu laissé sa place à un modèle plus petit avec voyants intégrés.

La boîte à air a été supprimée

Après le réservoir, l’autre partie massive de cette 125 City Fly était les caches latéraux destinés à cacher la boîte à air, solution chez Performances Moto : remplacer cette boîte à air par un filtre K&N et laisser le tout apparent : «Pour rendre cette moto plus légère et ne pas être obligé de faire de gros caches latéraux, nous avons supprimé la boîte à air, et l’avons remplacée par un filtre type KN, puis fait un petit logement pour la batterie.».

Échappement réalisé par ARP !

La modification de la ligne d’échappement a été l’occasion de faire travailler ARP Landivisiau (voir page 4). Là encore la suppression des caches latéraux et de la boîte à air a permis de faire passer la ligne Inox et de laisser apparaître l’amortisseur AR qui est complètement caché d’origine.

Vingt heures de travail pour un Scrambler dépouillé

Cette petite Honda reprend tous les critères d’un Scrambler dépouillé. Un résultat sympa qui a demandé un peu plus de 20 heures de travail à Performances Moto.

Vous retrouverez cet article dans le magazine MotoManiaque n°26 !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud