Une MBK Dakota pour les démos ? Oui mais bien tapée alors…

Commencée en octobre 2018, la MBK Dakota a enfin avancé et même roulé ! Dans le numéro 21 de MotoManiaque (janvier 2019), vous avez pu voir les premières étapes de la préparation avec le décapage et la peinture du cadre, suivis du nettoyage du moteur qui ont été l’occasion de vous faire découvrir les produits Restom et Nano Eco. A Dinan, pour le Bike & Breizh, vous avez été très nombreux à vous arrêter et à venir discuter en me demandant souvent ce qu’était la base. A Pontchâteau, pour le Vintage Rider Grand-Prix), vous avez pu la voir rouler et constater que ça fontionne sans avoir fait de mise au point du tout ! Reste qu’au bout de quelques tours, elle refusait de monter en régime. Surchauffe de la bougie ? Problème de carbu ? Allez savoir…

Une fourche de 125 CBR

Depuis le dernier article, la MBK Dakota a reçu une fourche de Honda 125 CBR et son système de freinage qui s’adaptent assez facilement. Ceux qui étaient présents à Pontchâteau pourront confirmer que c’est un peu trop puissant en condition humide, j’ai en effet «croisé les skis» dès le premier vrai freinage, du moins la première tentative… Opération réitérée quelques mètres plus loin en voulant m’arrêter récupérer le cale-pied perdu dans cette glissade. Du côté moteur, on est sur du classique Doppler /Airsal qui mis bout à bout fonctionnent sans avoir à y passer des heures, c’est le gros avantage de la «mob».

Cylindre Airsal T6

Le cylindre est un Airsal T6 50cc, j’aurai aimé le 70cc mais celui-ci n’étant pas en stock je me suis rabattu sur son petit frère. Cet hiver, je prendrai le temps d’aligner les carters moteur et d’ouvrir le passage pour une boîte à clapets Malossi VL2, en attendant j’ai juste vérifié le jeu à la coupe du segment avant de le monter et posé le cylindre sur le bas moteur : premier démarrage ok.

Un pot Doppler

Autre classique pour avoir une 50 qui marche : un pot long, il faut dire que celui d’origine, en plus d’être lourd n’est absolument pas fait pour que le moteur respire ! Là encore, le montage du Doppler est aisé – si ce n’est la mise en place des ressorts qui m’a fait enlever mes lacets sur le trottoir de Pontchâteau, afin de pouvoir les tendre assez pour les ancrer.

Un carbu plus gros

Qui dit pot, dit carbu, le SHA 14 d’origine a presque fait le boulot pour ce premier essai mais c’est peut-être aussi lui qui m’a posé des soucis, il semblait en effet quasi vide de carburant quand je l’ai démonté pour mettre le Dellorto 17,5 PHVA initialement prévu. Celui-ci est monté en souple sur une pipe d’admission largement agrandie pour s’aligner avec la boite à clapets Malossi, ça devrait mieux respirer.

CDI de Typhoon

Côté allumage, il était prévu un CDI de Typhoon, mais l’allumeur d’origine de la MBK Dakota a refusé de le faire fonctionner, j’ai donc conservé le CDI et la bobine d’origine. Pas dit que le moteur aurait pu prendre beaucoup de tours comme ça, mais ça semblait vouloir le faire malgré le tracé plein de chicanes ! Un nouvel allumage est déjà arrivé, il reste à le poser et espérer que tout fonctionne aussi bien que depuis le début.

Vario et poulie embrayage

Pour que le moteur prenne ses tours, il m’a fallu jouer avec les poids du variateur, un Doppler ER2 accompagné d’une poulie embrayage. En effet, celui-ci s’ouvrait trop tôt et «bridait» le moteur. Vario et poulie se montent tous les deux en lieu et place de ceux d’origine, il faut juste s’assurer qu’ils soient bien alignés et que la poulie ait un peu de jeu. Si la courroie travaille de travers vous userez tout prématurément : courroie et joue de vario, voire la poulie.

Ressort Doppler

Enfin, pour mettre un peu de couleur et permettre une bonne tension de la courroie, le ressort moteur d’origine a été remplacé par un Doppler.

Une belle selle pour le style et pour le confort

J’ai fait faire un miracle à Vincent Bouffort, le sellier auquel on pense obligatoirement quand on a un projet qui sort de l’ordinaire. Comme toujours je m’y suis pris tard pour faire la base de la selle et il a su la recouvrir à temps pour le Bike & Breizh ! Il me faut juste en descendre la fixation avant et ça sera parfait. Le réservoir a changé entre Dinan et Pontchâteau, je l’ai en effet attaqué à la brosse métallique et traité au DKPANT Restom, afin qu’il survive à la pluie du Vintage Rider Grand-Prix…

Prochain rendez-vous à Bains-sur-Oust !

Il reste un peu de choses à faire avant Bains-sur-Oust, le 1er mai 2020, pour s’amuser avec les copains : aligner les carters moteur au cylindre, ouvrir le passage pour la boîte à clapets, voir s’il faut mettre une cale pour remonter les diagrammes, monter l’allumage, faire une belle boîte à air, régler la carburation, changer les cale-pieds, monter une pédale lanceur, modifier l’inclinaison de la selle… Finalement, même si c’est ultra-simple, une mob donne de quoi bien s’occuper et permet de passer de bons moments sur les démonstrations de la région avec un budget réduit et le plaisir de voir la nostalgie renaître dans les yeux de beaucoup…

Vous retrouverez cet article dans le magazine MotoManiaque n°25 !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud